Le Meilleur des Mondes

Chambre Littéraire du 26 janvier 2015

« Le Meilleur des mondes » d’ Aldous Huxley

Réunis pour analyser le livre de l’écrivain britannique Aldous Huxley, « Le Meilleur des mondes » chef-d’oeuvre de la littérature d’anticipation, écrit en 1931, nous avions matière à réflexion.
Défi, réquisitoire, utopie, Huxley nous livre ses étourdissantes visions prémonitoires. L’auteur imagine une civilisation future jusque dans ses rouages les plus surprenants : un Etat mondial parfaitement hiérarchisé a cantonné les derniers « sauvages » dans des réserves. La culture in vitro a engendré le règne des « Alphas » génétiquement déterminés à être l’élite dirigeante.
Les castes inférieures sont conditionnées pour se satusfaire de leur sort. Dans cette société du bonheur, famille, monogamie, sentiments sont bannis. Nous frémissons d’horreur à la description de cette société, même si certaines choses nous paraissent, hélas, familières.
Un sauvage,  épris de Shakespeare, nous rappelle l’importance de notre humanité et nous fait mesurer combien nos racines, l’Histoire avec un grand H, et les sentiments doivent nous ancrer dans cette humanité.

Véronique Amsler

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire